Sauter la navigation


L'Institut universitaire en santé mentale de Québec aide les adultes atteints de maladie mentale à se rétablir et à s’intégrer en société.


Troubles alimentaires et grossesse

Il existe deux types de troubles alimentaires :

  • Anorexie mentale
  • Boulimie

Si vous croyez souffrir de troubles alimentaires et que vous êtes enceinte ou  désirez le devenir, consultez un professionnel de la santé.

Une psychothérapie ou une médication peut vous aider à mieux vivre avec les changements corporels de la grossesse.

Anorexie mentale

Trouble alimentaire caractérisé par une perte de poids excessive provoquée de diverses façons :

  • Limiter sa consommation de nourriture
  • Jeûner
  • Faire des exercices physiques excessifs
  • Se faire vomir
  • Utiliser des purgatifs – laxatifs, diurétiques, lavements

L’anorexie mentale peut s’accompagner de crises de boulimie.

Symptômes

  • Refus de maintenir un poids minimum normal
  • Peur de prendre du poids
  • Vision de son corps différente de la réalité
  • Estime de soi influencée de façon exagérée par le poids ou par la silhouette
  • Arrêt des menstruations pendant au moins 3 cycles de suite

Pour s’assurer du diagnostic, il est important de consulter un professionnel qualifié.

Risques pendant la grossesse

L’anorexie mentale non traitée pendant la grossesse peut causer :

    • Bébé de petit poids à la naissance
    • Accouchement prématuré
    • Fausse couche
    • Retard de croissance intra-utérin
    • Malnutrition fœtale
    • Hypertension de grossesse
    • Malformations congénitale, etc.

    L’anorexie mentale augmente le risque de souffrir d’une dépression pendant la grossesse ou après l'accouchement.

Boulimie

Trouble alimentaire caractérisé par la consommation excessive de nourriture, en peu de temps, suivie de comportements visant à éviter la prise de poids.

Symptômes

  • Consommation d’une grande quantité de nourriture en une courte période de temps
  • Sentiment de perdre le contrôle pendant la crise
  • Comportements inappropriés pour éviter la prise de poids
    • Se faire vomir après la crise
    • Utiliser des laxatifs, diurétiques ou lavements
    • Jeûner
    • Faire des exercices physiques excessifs
  • Estime de soi influencée de façon exagérée par le poids ou par la silhouette

La boulimie n’est pas seulement présente pendant des épisodes d’anorexie mentale.

Pour s’assurer du diagnostic, il est important de consulter un professionnel qualifié.

Risques pendant la grossesse

La boulimie non traitée pendant la grossesse peut causer :

    • Bébé de petit poids à la naissance
    • Accouchement prématuré
    • Fausse couche
    • Retard de croissance intra-utérin
    • Malnutrition fœtale
    • Hypertension de grossesse
    • Malformations congénitales
    • Diabète de grossesse, etc.

    La boulimie mentale augmente le risque de souffrir d’une dépression pendant la grossesse ou après l’accouchement.


Faits et statistiques

Beaucoup de femmes souffrant d’anorexie mentale sont moins fertiles et peuvent avoir de la difficulté à devenir enceinte.

L’absence des menstruations n’empêche pas la femme atteinte d’anorexie mentale de devenir enceinte.

La grossesse peut diminuer les symptômes d’anorexie mentale chez certaines femmes - peur de conséquences sur le bébé.

Pour plusieurs autres femmes, les symptômes d’anorexie mentale s'aggravent - la grossesse étant considérée comme un échec dans leurs efforts pour contrôler leur poids.

Les symptômes de boulimie vont diminuer de beaucoup pendant la grossesse chez plusieurs femmes. Le désir de vouloir bien se nourrir pour la santé du bébé pourrait expliquer cette diminution.

Chez plusieurs femmes, les symptômes  de boulimie vont réapparaître après l’accouchement.

Avertissement : Tout renseignement communiqué par ce site n'est pas un diagnostic et ne remplace pas une consultation

Soins et services |Services aux professionnels |Maladies mentales |Enseignement |Centre de recherche |Emplois, stages et bénévolat
Programme Vincent et moi |Fondation
Nous joindre |À propos de l'Institut |Plan du site
Institut universitaire en santé mentale de Québec
Affilié à l'Université Laval

© Institut universitaire en santé mentale de Québec, 2017